Into The Wild

Publié le par Macounet



Synopsis:

Tout juste diplômé de l'université, Christopher McCandless, 22ans, est promis à un brillant avenir. Pourtant, tournant le dos à l'existence confortable et sans surprise qui l'attend, le jeune homme décide de prendre la route en laissant tout derrière lui. Des champs de blé du Dakota aux flots tumultueux du Colorado, en passant par les communautés hippies de Californie, Christopher va rencontrer des personnages hauts en couleur. Chacun, à sa manière, va façonner sa vision de la vie et des autres. Au bout de son voyage, Christopher atteindra son but ultime en s'aventurant seul dans les étendues sauvages de l'Alaska pour vivre en totale communion avec la nature.

Mon avis:

Qui n'a jamais rêvé de tout plaquer, de partir du jour au lendemain avec un minimum d'affaires afin de découvrir le monde? Je pense que tout le monde à au moins une fois eu envie de s'évader.

Ce film est basé sur une histoire réelle d'un homme qui est partis loin du monde moderne, synonyme de matérialisme, de l'inquiétude du regard de l'autre, de l'argent, de la technologie ou toutes ces choses aussi futiles qui sont les maitres mots de notre société, pour découvrir son vrai lui. Il part donc avec le minimum d'affaires et se dirige en Alaska ou la nature prédomine. On suit donc l'histoire de Christopher McCandless, interprété par Emile Hirsch (récemment vu dans Alpha Dog), qui après avoir était diplômé décide de tout plaquer, sans prévenir qui que ce soit.

La force de ce film est que Sean Penn, le réalisateur, arrive parfaitement à nous faire partager les sentiments qu'éprouve Christopher McCandless: La joie de découvrir la nature et de se sentir comme "à l'état sauvage", les doutes sur le fait qu'il a tout abandonné pour faire ce voyage, la tristesse, l'instinct de survie. La nature est un monde inconnu qu'il faut découvrir, les plantes, les animaux, tout reste inconnu a nos yeux et ce n'est pas les reportages sur Arté qui nous en apprendront d'avantage, il s'agit d'un monde au milieu du monde ou nous vivons qu'il faut apprivoiser, qui a ses codes, ses limites et ses dangers. L'évolution de notre héro est très intéressante dans le film, surtout quand il tombe sur un bus fantôme au milieu de nulle part et le baptise "bus magique", on le voit donc s'organiser, faire de ce bus, son paradis à lui, si naturel et simpliste, mais si invivable pour l'homme du 21ème siècle...

Avant d'atteindre son but ultime qui est d'aller en Alaska, il fera le tour de l'Amérique, rencontrant des gens, s'enrichissant auprès d'eux et inversement. Sa sincérité est sa véritable force, le partage par les mots, ou par les objets utiles dans son voyage se fait sans rien attendre en retour, tout est sans arrière pensée, chose pourtant si simple, mais si rare. Les nombreuses personnes qu'il rencontrera auront tous leur avis sur le monde actuel mais le soutiendront dans sa cause.

On découvre dans Into The Wild des paysages vraiment magnifiques, il n'y a pas d'autres mots. Que ce soit L'Alaska ou les différents états que notre héro parcoure, tout est filmé d'un façon magique, et les musiques qui accompagnent les images sont justes sublimes et très dépayssantes, certaines scènes sont vraiment chargées d'émotions et transpirent la simplicité. Une simple scène ou l'on voit une biche se balader se transforme en véritable moment de poésie.

Pour conclure, je dirais que Into The wild est un excellent Road-Movie, un voyage de 2h30 captivant qui fait planer avec une facilité déconcertante le spectateur. Ce film est un véritable bol d'air frais qui transpire la sincérité. Magnifique, Captivant, Sincère et simple, Sean Penn nous prouve a quel point il est bon réalisateur et Emile Hirsch nous prouve qu'il peut être un acteur ultra attachant.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article