Critique In Flames - Lunar Strain & Subterranean

Publié le par Macounet




In Flames, par le passé était respecté par ses paires dans le domaine du Death mélodique. Cependant, de l'eau a coulé sous les ponts, beaucoup d'eau. Aujourd'hui montré du doigt par les fans de la première génération avec les albums Lunar Strain & Subterranean (Ep)/ The Jester Race qui avait réussi a imposer In Flames comme l'une des références dans le domaine du death mélodique avec des groupes comme Dark Tranquility et At the Gates, le groupe suédois n'est plus que l'ombre de lui-même et propose actuellement une musique américanisé et sans saveur. Si vous voullez découvrir In Flames, il faudra passer par la case début des années 90 avec Lunar Strain & Subterranean (Ep)/ The jester race.

Orienté Black/death cet album de In Flames est le seul sans leur chanteur emblématique et actuel, Anders Friden. En effet, la personne au micro à l'époque était Mikael Stanne, actuel chanteur de Dark Tranquility qui avait quitté In Flames pour les rejoindre, en échange de...Anders Friden. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce cher Mikeal se démène comme un beau diable au chant, avec un chant death hurlé à la limite du black. Le chant n'est clairement pas encore maitrisé, la voix est écorchée, mais il faut se remettre dans le contexte, il s'agit du premier album du groupe, on peut presque parler de débutants, malgré le fait que la maitrise technique des instruments soit assez impressionnantes pour un premier album.

Il est une chose à noter, la marque de fabrique de In Flames est clairement posée sur cet album et cet EP, à savoir un death métal qui reste très rythmé et brutal mais en même temps qui possède une forte base Heavy et qui est ultra mélodique. De quoi attirer les fans de musiques non extrêmes mais plutôt friand de solos de folies. L'album reste très sombre avec des samples très atmosphériques qu'on pourrait retrouver dans le dark ambient ou le doom, mais est accompagné de chansons instrumentales acoustiques, avec un gros esprit folklorique notamment dans les rythmique mais aussi avec des chansons jouées au violon, cela donne un touche d'humanité à l'album, mais surtout les cotés "paien" et "forestier" qui caractérisent si bien la scène scandinave des années 90.

Concernant la production de l'album, on entend énormément la basse et les guitares semblent sous mixées, on peut clairement dire qu'il n'a pas le son qu'il mérite. Cependant, ce coté son un peu crade, donne un côté "authentique" à la musique.

En ce qui concerne l'EP Subterranean, c'est la suite logique de Lunar Strain mais puissance dix. Ce maxi est une tuerie, indispensable dans la discographie de In Flames, la production reste du même acabit que Lunar Strain mais les compositions semblent plus matures comparé à ce dernier. Vraiment excellent.

In Flames
nous délivre là, un très bon premier album ou l'on peut déjà repérer un Style death Métal mais avec une forte base Heavy, bourré de mélodies et de solos en tout genre, c'est l'alchimie parfaite de la noirceur, avec son ambiance un peu oppressante mais ses mélodies mélodies illumines clairement l'ambiance générale de l'album. Un indispensable dans la discographie de In Flames.

Tracklist:

Lunar Strain

1. Behind Space
2. Lunar Strain
3. Starforsaken
4. Dreamscape
5. Everlost (part 1)
6. Everlost (part 2)
7. Härgaläten
8. In Flames
9. Upon An Oaken Throne
10. Clad In Shadows

Subterranean


11. Stand Ablaze
12. Everdying
13. Subterranean
14. Timeless
15. Biosphere

Bonus

16. Dead Eternity
17. The Inborn Lifeless

Line-Up:

Lunar Strain

- Glenn Ljungström (guitares)
- Daniel Erlandsson (batterie)
- Johan Larsson (basse)
- Jesper Strömblad (guitares)
- Mikael Stanne (chant)

Subterranean

- Glenn Ljungström (guitares)
- Johan Larsson (basse)
- Jesper Strömblad (guitares)
- Henke Forss (chant)
- Daniel Erlandsson (batterie)

Publié dans Musique

Commenter cet article